Medienmitteilung

Bénéficiaires de l'aide sociale en Suisse en 2021 Le recul des nouveaux bénéficiaires en 2021 a réduit le taux d'aide sociale à 3,1%

20.12.2022 - En 2021, deuxième année de la pandémie de coronavirus, 265 100 personnes en Suisse ont reçu au moins une prestation de l’aide sociale économique. Le taux d’aide sociale s’est abaissé de 0,1 point de pourcentage pour s’établir à 3,1%. Cette baisse s’explique en grande partie par un recul des nouveaux bénéficiaires. Comme l’année précédente, l’impact de la pandémie sur l’aide sociale est donc resté faible. Ce sont-là quelques-uns des résultats de la statistique de l’aide sociale, établie par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

En 2021, le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale était de 6900 inférieur à celui enregistré en 2020, soit une baisse de 2,5%. Celle-ci s’est répercutée sur le taux d’aide sociale, c’est-à-dire la part des bénéficiaires de l’aide sociale dans l’ensemble de la population résidante permanente, qui est descendu à 3,1%. Malgré l’impact considérable de la pandémie de COVID-19 sur l’économie, le marché du travail et la sécurité sociale, ni le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale ni le risque de dépendre de l’aide sociale n’ont augmenté en 2021.

Diminution du nombre de nouveaux dossiers dans l’aide sociale

Les résultats montrent que la baisse du taux d’aide sociale en 2021 s’explique avant tout par un net recul des nouveaux bénéficiaires, qui s’est fait sentir chaque mois de cette année-là. Au total, 39 600 nouveaux dossiers de l’aide sociale ont été ouverts, soit 5300 de moins que l’année précédente. Ce nombre n’a jamais été aussi bas au cours des dix dernières années.

Il convient de replacer cette évolution dans son contexte: en 2021, le marché du travail a retrouvé sa vigueur et les mesures adoptées pour atténuer les répercussions de la pandémie déployaient encore leur effet. Depuis le milieu de l’année, la situation de l’emploi s’est améliorée à tel point que le taux de chômage a diminué pour retrouver son niveau d’avant le COVID-19. Pendant la deuxième année de pandémie, les mesures appliquées par la Confédération et les cantons comprenaient notamment une prolongation et un élargissement des indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail, des indemnités journalières supplémentaires dans l’assurance-chômage et des allocations pour pertes de gain.

Pas de changement au niveau des groupes à risque

Les enfants et les adolescents (0 à 17 ans) présentent toujours le taux d’aide sociale le plus élevé (5,0%) par rapport à toutes les autres classes d’âges. Cela tient au fait que les bénéficiaires de l’aide sociale sont plus souvent des ménages familiaux que des ménages sans enfant. Les personnes de nationalité étrangère courent un risque nettement plus grand de dépendre de l’aide sociale que celles de nationalité suisse. En 2021, le taux d’aide sociale de la population étrangère se montait à 6,1%, contre 2,0% pour la population suisse. Par ailleurs, le divorce accroît le risque de dépendre de l’aide sociale: en 2021, 4,8% de toutes les personnes divorcées en touchaient des prestations. Enfin, la baisse du taux d’aide sociale en 2021 était perceptible dans la plupart des groupes sociodémographiques.

En 2021, 48,9% des personnes au bénéfice de l’aide sociale n’avaient terminé que la scolarité obligatoire et 43,5% avaient achevé une formation professionnelle (degré secondaire II). Les parts correspondantes dans la population totale atteignaient respectivement 15,0% et 40,8%. Dans ce domaine, deux tendances opposées se dessinent: alors que la part des personnes sans formation professionnelle augmente dans l’aide sociale, leur part diminue dans l’ensemble de la population. Autrement dit, le risque de devoir recourir à l’aide sociale s’accroît chez les personnes sans formation postobligatoire. 

Baisse du taux d’aide sociale dans quinze cantons

Par rapport à l’année précédente, le taux d’aide sociale a diminué dans quinze cantons, il est resté inchangé dans huit autres et a augmenté dans les trois cantons restants. De manière générale, les cantons où le taux d’aide sociale est à la baisse ont enregistré un nombre de nouveaux dossiers nettement inférieur à celui des dossiers clos. Dans ces cantons, le nombre des nouveaux dossiers a diminué de 15,8% en moyenne par rapport à l’année précédente, soit une baisse supérieure à la moyenne. Au niveau suisse, la baisse affiche 10,7%.

Net recul des bénéficiaires dans le domaine de l’asile et des réfugiés

Malgré une hausse des demandes d’asile (14 900 en 2021, soit 35,2% de plus qu’en 2020), le nombre des bénéficiaires de l’aide sociale dans le domaine de l’asile a poursuivi sa baisse en 2021 (–12,3%) pour se situer à 30 300. Le taux d’aide sociale dans ce domaine a lui aussi diminué, atteignant 78,4% (contre 83,2% en 2020). Ce recul pourrait s’expliquer par le fait que les demandes d’asile ont surtout augmenté durant le deuxième semestre de l’année. Les demandeurs d’asile sont pris en compte dans la statistique de l’aide sociale du domaine de l’asile une fois qu’ils ont quitté les centres fédéraux pour requérants et qu’ils ont été répartis dans les cantons, cette répartition intervenant en général dans les 140 jours après leur arrivée.

Dans le domaine des réfugiés, le taux d’aide sociale a atteint 82,1% en 2021 et n’a donc guère changé depuis l’année précédente (84,2% en 2020). Le nombre des personnes recevant un soutien a en revanche diminué de 19,8% pour se situer à 23 200. Cette évolution s’explique pour deux raisons: d’une part, le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale dans le domaine de l’asile a diminué en 2020 et en 2021. D’autre part, parmi les requérants d’asile d’importantes cohortes de 2014 et de 2015, beaucoup ont été admis comme réfugiés et séjournent en Suisse depuis cinq ans ou plus. Comme la Confédération ne verse pas de forfait global pour ces personnes, les prestations qu’elles reçoivent relèvent entièrement de la compétence financière des cantons et des communes, et apparaissent dès lors dans la statistique de l’aide sociale économique. Ces «transferts» d’une statistique à l’autre ont largement contribué au recul enregistré en 2021 du nombre de bénéficiaires de l’aide sociale dans le domaine des réfugiés.

Dans l’aide sociale économique, cette évolution a engendré deux hausses: celle de ce dernier groupe de personnes précisément et celle des personnes étrangères admises provisoirement et vivant en Suisse depuis plus de sept ans. Auparavant, ces dernières figuraient en effet dans la statistique de l’aide sociale du domaine de l’asile. Au total, leur nombre a augmenté de 19,7% entre 2020 et 2021 (contre une hausse de 20,8% l’année précédente).

Vous trouverez des informations complémentaires dans le document PDF ci-dessous.


 

Download Medienmitteilung

Le recul des nouveaux bénéficiaires en 2021 a réduit le taux d'aide sociale à 3,1%
(PDF, 7 Seiten, 266 kB)


Weitere Sprachen


Verwandte Dokumente

Sozialhilfebeziehende im Jahr 2021


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/de/home/statistiken/kataloge-datenbanken/tabellen.assetdetail.23845656.html