Medienmitteilung

Le cancer en Suisse, rapport 2015 Le nombre de personnes atteintes d'un cancer augmente, mais la mortalité baisse

Neuchâtel, 21.03.2016 (OFS) - L'augmentation du nombre de personnes âgées s'accompagne d'une progression de celui des personnes atteintes d'un cancer et du nombre des décès dus à cette maladie. Parallèlement, le risque de mourir d'un cancer recule dans tous les groupes d'âge. L'Office fédéral de la statistique (OFS), l'Institut National pour l'Epidémiologie et l'Enregistrement du Cancer (NICER) et le Registre Suisse du Cancer de l'Enfant (RSCE) ont publié aujourd'hui le Rapport 2015 sur le cancer, qui contient les données les plus récentes sur le cancer en Suisse.

Les taux de mortalité due au cancer ont reculé entre 1983 et 2012 de 27% en moyenne chez les femmes et de 36% chez les hommes. Cela signifie qu'une femme a aujourd'hui un risque de mourir d'un cancer inférieur d'un quart à celui d'une femme du même âge trente ans auparavant ; chez les hommes, la différence est même de plus d'un tiers.

Des chances de survie élevées pour de nombreux cancers

Tous types de cancer confondus, le taux de survie à cinq ans s'est élevé en moyenne à 65% chez les hommes et à 68% chez les femmes pendant la période 2008 à 2012. Ces chiffres traduisent des progressions de respectivement 9 et 6 points par rapport à la période 1998 à 2002. Chez les enfants, le taux de survie à cinq ans atteint même 85% actuellement. Les chances de survie sont influencées par le type de cancer, par l'accès aux traitements et par l'efficacité de ces derniers.

Environ 16'000 décès par an dus au cancer

Quelque 9000 hommes et 7000 femmes meurent du cancer chaque année en Suisse. La part des décès dus au cancer s'élève à 30% chez les hommes et à 23% chez les femmes. Chez les hommes, 22% des décès par cancer sont provoqués par le cancer du poumon, 15% par le cancer de la prostate et 10% par le cancer colorectal. Chez les femmes, le cancer du sein représente 19% des décès dus au cancer, celui du poumon 15% et le cancer colorectal 10%. Quant aux enfants, la plupart des décès dus à un cancer ont pour cause une leucémie ou une tumeur du cerveau. Le cancer du poumon, avec 3000 décès chaque année, représente la cause de décès due au cancer la plus fréquente.

Quatre types de cancer prédominent

Chez les hommes, les cancers de la prostate, du poumon et du côlon-rectum représentent 53% des nouveaux diagnostics de cancer établis chaque année, tandis que chez les femmes, les cancers du sein, du poumon et du côlon-rectum forment 51% des nouveaux diagnostics. Les autres types de cancer représentent tous moins de 7% des nouveaux diagnostics tumoraux établis chaque année. Chez les enfants, les cancers les plus fréquents sont les leucémies, les tumeurs au cerveau et les tumeurs provenant du tissu embryonnaire.

Hausse des cas de cancer en raison du vieillissement de la population

De 2008 à 2012, le nombre des nouveaux cas de cancer diagnostiqués chaque année s'est élevé à quelque 21'000 chez les hommes et 17'500 chez les femmes. Ces chiffres traduisent pour les deux sexes une augmentation de 2000 cas environ par rapport à la précédente période de cinq ans. Pour 2015, on s'attend à ce que soient diagnostiqués environ 42'000 nouveaux cas de cancer, 23'000 chez les hommes et 19'000 chez les femmes. Cette progression est due avant tout à l'évolution démographique, qui se caractérise par une forte hausse du nombre de personnes âgées. Le risque de cancer n'a par contre pas augmenté, mais est resté à peu près stable de 1998 à 2012, et ce pour tous les types de cancer. Chez les enfants aussi, le risque de cancer est resté inchangé au cours des deux dernières décennies.

En Suisse, 317'000 personnes vivent avec un diagnostic de cancer

La Suisse compte environ 170'000 femmes et 147'000 hommes chez qui un cancer a été diagnostiqué. Parmi ces personnes, 55'000 ont été diagnostiquées au cours des deux dernières années, tandis que pour 60'000 autres, le diagnostic date de deux à cinq ans. Les 200'000 personnes diagnostiquées il y a plus de cinq ans sont normalement considérées comme guéries. Il y a en Suisse plus de 4000 enfants, adolescents et adultes auxquels on a diagnostiqué un cancer pendant leur enfance.

Des taux de morbidité dans la moyenne et des taux de mortalité bas en comparaison européenne

Par rapport à neuf autres pays européens, la Suisse affiche, tous types de tumeurs confondus, un taux d'incidence dans la moyenne chez les hommes et bas chez les femmes. Elle présente le deuxième taux de mortalité le plus faible chez les hommes et le taux de mortalité le plus faible chez les femmes. Notre pays occupe le milieu du classement pour les taux de survie, mais se situe parmi les meilleurs d'Europe pour ce qui est du taux de survie chez les enfants.


 

Download Medienmitteilung

Le nombre de personnes atteintes d'un cancer augmente, mais la mortalité baisse
(PDF, 7 Seiten, 368 kB)


Weitere Sprachen


Verwandte Dokumente

Schweizerischer Krebsbericht 2015: Stand und Entwicklungen


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/de/home/statistiken/kataloge-datenbanken/medienmitteilungen.assetdetail.40068.html