Medienmitteilung

Comptes nationaux de la Suisse en 2017 Croissance stable de l'économie suisse en 2017

Dieses Dokument ist auch in einer neueren Version verfügbar, siehe folgenden Link:
L'économie suisse a connu une croissance soutenue en 2018

Neuchâtel, 28 août 2018 (OFS) - Le produit intérieur brut (PIB) de l'économie suisse a augmenté de 1,6% en 2017 aux prix de l'année précédente identique à la hausse de 2016. Cette croissance s'inscrit dans un environnement contrasté caractérisé par un ralentissement marqué de la contribution du commerce extérieur et une forte croissance des investissements en biens d'équipement. Le revenu national brut (RNB) à prix courants a progressé de 1,8%, conséquence de l'amélioration du solde de la balance des revenus avec l'étranger. Ces premières estimations 2017 de l'Office fédéral de la statistique (OFS) sont accompagnées d'une révision des résultats de 2015 et 2016.

Avec la publication des premières estimations 2017, et en accord avec la politique de révision des Comptes nationaux, les résultats 2015 et 2016 ont été revus à l'aune de nouvelles informations. Ces dernières ont conduit à une correction à la hausse de la croissance du PIB de respectivement 0,1 point de pourcent à 1,3% en 2015 et de 0,2 point de pourcent à 1,6% en 2016 (sauf indication contraire, les résultats sont aux prix de l'année précédente).

La R-D favorise la croissance des investissements

Pour la quatrième année consécutive, les investissements ont augmenté de manière soutenue (+3,3%). Cette hausse s'explique par une nouvelle progression des investissements en biens d'équipements (+4,5%) soutenue en particulier par les dépenses de recherche et développement (R-D) résultant de la relocalisation en Suisse d'une unité active dans la recherche appartenant à une multinationale résidente. Avec 1,4%, la croissance dans la construction a enregistré une hausse plus forte qu'en 2016 (+0,5%).

De leur côté, les dépenses de consommation finale des ménages et des institutions sans but lucratif au service des ménages ont progressé modérément de 1,1% (2016: +1,5%). Le climat de consommation est demeuré globalement stable durant l'année. En 2017, les ménages étaient assez optimistes quant à l'évolution de la situation économique et de leurs perspectives sur le marché du travail. Cette situation ne se reflète, toutefois, que partiellement dans les résultats annuels à cause du léger ralentissement de la croissance de la population résidente.

Baisse du solde de la balance des services

Sans prise en compte de l'or non monétaire, le solde de la balance des biens et services a augmenté de 5,4% en 2017. Ce ralentissement par rapport à 2016 (+12,1%) s'explique par la détérioration du solde de la balance des services (-2,5%). L'évolution de ce dernier est due à la croissance plus marquée des importations de services (+1,6%) par rapport à celle, anémique, des exportations de services (+0,7%). La R-D, les services informatiques et d'information ainsi que certains services aux entreprises ont particulièrement contribué au ralentissement de ces exportations. De son côté, le solde de la balance des biens (sans l'or non monétaire) a augmenté de 9,4% continuant sur sa lancée de 2016 (+10,4%). Cette croissance est due au dynamisme plus marqué des exportations par rapport à celui des importations (respectivement +6,2% et +5,3%). La hausse des exportations est notamment imputable aux industries chimique et pharmaceutique.

Croissance soutenue dans l'industrie et reprise des services financiers

Après le contrecoup de l'abandon du taux plancher EUR/CHF en 2015, la valeur ajoutée dans l'industrie manufacturière a poursuivi son expansion (+4,2%) dont les premiers effets avaient déjà été constatés en 2016 (+2,5%). La situation reste toutefois très hétérogène au niveau des branches d'activité et de nombreux pans de l'industrie sont toujours confrontés à des difficultés, alors que les industries chimique et pharmaceutique enregistrent de fortes croissances. Après trois années difficiles, la valeur ajoutée des banques retrouve le chemin de la croissance (+2,1%).

La valeur ajoutée des services non financiers (y compris le commerce) a connu une hausse significative. Les branches orientées vers le marché intérieur affichent une évolution positive de leur valeur ajoutée et soutiennent la croissance du secteur. De même, après deux années difficiles, l'hôtellerie-restauration a réalisé un résultat positif (+2,1%). Par contre, le commerce (+0,4%) et surtout les activités récréatives et sportives freinent la croissance globale. Ces dernières avaient vu leur valeur ajoutée croître fortement en 2016 suite à la tenue d'importants évènements sportifs internationaux (Championnat d'Europe de football et Jeux Olympiques).

Hausse du revenu national brut (RNB)

Le RNB à prix courants, qui mesure la somme des revenus nets perçus par les unités résidentes, a augmenté de 1,8% (2016:-0,6%). Ce résultat est dû à une diminution plus importante des revenus de la propriété versés à l'étranger (-5,9%) par rapport à la baisse des revenus reçus de l'étranger (-1,6%). Ce mouvement est partiellement atténué par la hausse constante des rémunérations versées à des non-résidents (+3,1).

Vous trouverez des informations complémentaires sous forme de tableaux dans le document PDF ci-dessous.


 

Download Medienmitteilung

Croissance stable de l'économie suisse en 2017
(PDF, 6 Seiten, 360 kB)


Weitere Sprachen


Verwandte Dokumente

Volkswirtschaftliche Gesamtrechnung der Schweiz im Jahr 2017


 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/de/home/aktuell/neue-veroeffentlichungen.assetdetail.5886791.html