Communiqué de presse

Statistique des causes de décès 2019 Les causes de décès les plus fréquentes sont restées stables en 2019

Ce document existe également dans une version plus récente. Veuillez suivre le lien suivant:
En 2022, un décès sur deux était lié à une maladie cardiovasculaire ou un cancer

21.12.2021 - En 2019, 67 780 personnes sont décédées en Suisse, soit 692 ou 1% de plus qu’en 2018. Les causes de décès les plus fréquemment observées ont été — comme les années précédentes — les maladies cardiovasculaires (29%) et le cancer (25%), suivis de la démence (10%), des maladies respiratoires (7%) et des causes externes telles que les accidents et les actes de violence (6%). Les principales causes de décès diffèrent en fonction de l’âge et du sexe. Ce sont là quelques-uns des résultats de la statistique des causes de décès en 2019 établie par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

La majeure partie des personnes décédées en 2019 avaient au moins 80 ans (61% des décès). Si l’on tient compte de l’accroissement de la population (de 11% par rapport à 2009) et de l’évolution de la structure par âge, le taux de mortalité (nombre de décès par année pour 100 000 personnes) a diminué de 17% chez les hommes et de 11% chez les femmes ces dix dernières années. Ainsi, le risque de décéder diminue: 488 hommes sur 100 000 et 342 femmes sur 100 000 sont décédés en 2019, contre 591 hommes et 385 femmes en 2009. Cela correspond à la tendance observée de l’allongement de l’espérance de vie et de la baisse de la mortalité jusqu’à l’âge de 80 ans, même si le nombre de décès s’accroît naturellement à mesure que le nombre de personnes âgées augmente.

En 2019, 128 hommes sur 100 000 et 87 femmes sur 100 000 ont succombé à une maladie cardiovasculaire. Le recul des décès dus à des maladies cardiovasculaires observé depuis 2009 était de 31% chez les hommes et de 29% chez les femmes. Le cancer a pour sa part emporté 143 hommes sur 100 000 et 100 femmes sur 100 000. Le nombre de décès par cancer a diminué de 19% chez les hommes et de 12% chez les femmes ces dix dernières années, un recul moins marqué que pour les maladies cardiovasculaires.

La mortalité est relativement élevée chez les nouveau-nés et elle diminue fortement à partir de 1 an. Elle augmente ensuite avec l’âge, lentement dans un premier temps, puis de manière accélérée à partir de l’âge de 65 ans environ. En 2019, le taux de mortalité était encore de 328 sur 100 000 naissances vivantes chez les nouveau-nés, alors qu’il tombait à 9 sur 100 000 chez les enfants de 1 à 14 ans. Il était de 41 personnes sur 100 000 dans la classe d’âge suivante, soit parmi les 15 à 44 ans. Le taux de mortalité atteignait 291 chez les 45 à 64 ans et 2066 chez les 65 à 84 ans. Il se montait à 13 643 dans la population de 85 ans ou plus. 

Les causes de décès diffèrent selon l’âge et le sexe

Les décès sont relativement rares chez les enfants et les adolescents: 385 enfants de moins de 15 ans sont décédés en 2019, ce qui représente moins de 1% des décès. Les décès de nouveau-nés dans leur première année de vie sont dus pour la plupart à des maladies congénitales ou à des complications liées à la naissance. Chez les enfants de moins de 15 ans, les causes de décès varient fortement d’un cas à l’autre. 

À l’inverse, la plupart des décès à l’âge adulte est attribuable à seulement quelques causes principales. En 2019, 2% des décès concernaient des personnes âgées de 15 à 44 ans. Les accidents et les actes de violence (suicides inclus) sont les causes de décès les plus fréquentes dans cette classe d’âge (42% des causes de décès). Ils étaient à l’origine — en 2019 comme les années précédentes — d’environ trois fois plus de décès chez les hommes (26 sur 100 000) que chez les femmes (8 sur 100 000). 

Les maladies cardiovasculaires et le cancer prédominent parmi les causes de décès dans les classes d’âge supérieures. En 2019, 52% des décès concernaient des personnes de 45 à 84 ans. Le cancer et les maladies cardiovasculaires ne cessent ici de gagner du terrain. Dans le groupe des 45 à 64 ans, la part des décès dus à des maladies cardiovasculaires est de 19% chez les hommes et de 10% seulement chez les femmes. L’écart entre les sexes s’amenuise avec l’âge pour disparaître en grande partie dans le groupe des 65 à 84 ans. À partir de 85 ans, classe d’âge où sont survenus 46% des décès, les maladies cardiovasculaires étaient à l’origine de 37% des décès chez les hommes et de 39% des décès chez les femmes; le cancer était responsable de 17% des décès chez les hommes et de 10% chez les femmes.

Hommes et femmes ne sont pas touchés par les mêmes types de cancer

Les principales causes de décès chez l’adulte diffèrent non seulement en fonction de l’âge et du sexe, mais évoluent également au fil du temps. Les décès dus au cancer du poumon sont en baisse chez les hommes, mais en hausse chez les femmes ces dernières années en Suisse. En 2019, il a causé 20% des décès dus au cancer chez les hommes et 18% de ceux enregistrés chez les femmes. La part des décès dus au cancer du côlon était également comparable chez les hommes (6%) et chez les femmes (7%).  

Les cancers spécifiques à chaque sexe jouent par ailleurs un rôle important dans les causes de décès: le cancer de la prostate était à l’origine de 15% des décès par cancer chez les hommes, et le cancer du sein a causé 18% des décès par cancer chez les femmes. Les décès par cancer sont responsables de 25 160 années potentielles de vie perdues avant 70 ans chez les femmes et de 25 934 chez les hommes. Cela correspond à respectivement 46% des années potentielles de vie perdues en 2019 chez les femmes et 27% chez les hommes.

Vous trouverez des informations complémentaires dans le document PDF ci-dessous.


 

Télécharger communiqué de presse

Les causes de décès les plus fréquentes sont restées stables en 2019
(PDF, 3 pages, 213 kB)


Autres langues


Documents associés

Statistique des causes de décès 2019


Tags

femme homme genre

 

https://www.bfs.admin.ch/content/bfs/fr/home/statistiken/kataloge-datenbanken.assetdetail.19444431.html