Imprimer cette page | Fermer cette fenêtre
Statistique suisse

Endettement et rapport à l'argentEndettement des ménages privés et rapport à l'argent

Introduction

Les résultats publiés ci-dessous relèvent du module « Endettement » inclus dans SILC-2013 (Statistics on Income and Living Conditions). Ils décrivent la situation d’endettement des personnes dans les ménages privés en Suisse en 2013. Seule la présence de dettes est couverte sans prise en compte du montant.

Les différents types de dettes sont au nombre de 6 selon nos définitions :

quatre types de crédits :

1. Leasings pour véhicule,

2. Petits crédits à la consommation,

3. Achats par acompte,

4. Dettes auprès de la famille ou amis ne vivant pas dans le ménage,

deux autres types de dettes :

5. Arriérés de paiement

6. Découverts bancaires ou impayés sur carte de crédit.

Les hypothèques sur le logement principal ou une résidence secondaire ne sont pas prises en compte.

En parallèle, les thématiques suivantes sont également couvertes :

  • la présence de poursuite(s) ou acte(s) de défaut de bien,
  • la possession de cartes de crédit,
  • l’évaluation subjective du rapport à l’argent.

Pour les résultats ci-dessous, les dettes relevées au niveau individuel sont attribuées solidairement à l’ensemble des membres du ménage. Vous trouvez donc les pourcentages de la population vivant dans un ménage avec le type de dette(s) traité. Les résultats sur l’évaluation subjective du rapport à l’argent sont fournis au niveau individuel pour les personnes âgées de 16 ans et plus.

 

Type et cumul de dettes : 40% de la population vit dans un ménage avec au moins un type de dette(s) et 8% cumule au moins trois types de dettes

En 2013, les dettes les plus fréquentes en Suisse sont les arriérés de paiement. Presque 18% de la population vit dans un ménage avec au moins un arriéré de paiement.

Les crédits les plus courants sont les leasings pour véhicule et les petits crédits à la consommation. 15,5% de la population vit dans un ménage avec au moins un leasing pour véhicule et 10,5% avec au moins un petit crédit à la consommation.

Presque quatre personnes sur dix (39,4%) vivent dans un ménage avec au moins une dette (leasing, petit crédit ou crédit à la consommation, achat par acompte, dette auprès de la famille ou amis ne vivant pas dans le ménage, arriéré de paiement, découvert bancaire ou impayé sur carte de crédit). 18,5% vivent dans un ménage qui cumule au moins deux types de dettes et 7,7% dans un ménage qui en cumule au moins trois.

Parmi les personnes vivant dans un ménage avec crédit (leasing, petit crédit, achat par acompte, dette auprès de la famille ou amis), 36,3% ont au moins un arriéré de paiement et 19,0% au moins un découvert ou impayé sur carte de crédit. Parmi les personnes vivant dans un ménage sans crédit, seules 9,0% ont au moins un arriéré de paiement et 4,5% au moins un découvert ou impayé sur carte de crédit.

 

Pourcentage de la population avec des dettes (diagramme)

Les groupes de population vivant le plus souvent dans un ménage cumulant au moins trois types de dettes sont les personnes privées matériellement (36,4%), au chômage (16,8%), de nationalité étrangère (13,6%), les jeunes de 18 à 24 ans (12,9%), les familles avec un enfant (12,9%) et les personnes résidant en Suisse romande (12,9%) ou en Suisse italienne (12,3%).

 

Objets Titre Période
Présence et cumul de types de dette, selon différentes caractéristiques socio-démographiques. Télécharger (XLS). La page s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. 133 KB   Présence et cumul de types de dette, selon différentes caractéristiques socio-démographiques
(je-f-20.02.04.01)
Office fédéral de la statistique OFS
2013

Raison principale des crédits à la consommation : presque 20% de la population vit dans un ménage avec au moins un véhicule à crédit

En 2013, 31,8% de la population vit dans un ménage avec au moins un crédit (leasing, petit crédit, achat par acompte, dette auprès de la famille ou amis). La raison principale la plus fréquente est l’achat de véhicules en leasing, à crédit ou à l’aide d’emprunt auprès de connaissances. 18,4% de la population vit dans un ménage avec au moins un véhicule acheté à crédit. Suit l’achat à crédit de biens pour le logement, par exemple du mobilier (6,9%) et le remboursement d’autres dettes ou paiement d’autres factures (3,2%).

 

Pourcentage de la population avec au moins un crédit (sans les hypothèques) (diagramme)

Les personnes de l’Europe du Sud, les familles avec un ou deux enfants et les personnes de 25 à 49 ans vivent plus souvent dans un ménage avec au moins un véhicule acheté en leasing ou à crédit. A noter également que les latins vivent presque 2 fois plus souvent dans un ménage avec au moins un véhicule en leasing ou à crédit que les Alémaniques (15,2% en Suisse alémanique et romanche contre 25,9% en Romandie et 29,0% en Suisse italienne). A l’inverse, seulement 2,4% des personnes de 65 ans et plus vivent dans un ménage avec un véhicule en leasing ou à crédit.

Les personnes au chômage sont presque 4 fois plus concernées que l’ensemble de la population par des crédits contractés en priorité en raison de difficultés financières (7,0% contre 1,8%).

 

Objets Titre Période
Présence de crédits et raisons principales de la prise de crédit, selon différentes caractéristiques socio-démographiques. Télécharger (XLS). La page s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. 139 KB   Présence de crédits et raisons principales de la prise de crédit, selon différentes caractéristiques socio-démographiques
(je-f-20.02.04.02)
Office fédéral de la statistique OFS
2013

Arriérés de paiement : 1 personne sur 10 vit dans un ménage avec des arriérés d’impôt durant les 12 derniers mois

En 2013, les arriérés de paiement les plus fréquents restent les dettes d’impôt puisqu’ils concernent 10,3% de la population (9,0% en 2008). 6,4% de la population vit avec au moins un arriéré sur les primes d’assurances maladie. 4,1% de la population vit dans un ménage avec au moins un arriéré de paiement sur factures de télécommunication et 3,1% avec des arriérés sur des factures d’eau, de gaz, d’électricité ou de chauffage.

Globalement, presque une personne sur cinq (17,7%) vit dans un ménage avec au moins un type d’arriéré de paiement, 8,1% avec au moins deux types d’arriérés de paiement. Les familles monoparentales, les personnes à risque de pauvreté et les personnes de nationalité extra-européenne cumulent 2 fois plus souvent deux types d’arriérés dans le ménage que l’ensemble de la population.

Les arriérés d’impôts sont plus fréquents pour les personnes au chômage et celles de nationalité extra-européenne. Ils sont également plus fréquents en Suisse romande qu’en Suisse alémanique ou parmi les jeunes de 18 à 24 ans que parmi les personnes de 65 ans et plus.

 

Pourcentage de la population avec au moins 1 arriéré d'impôt (diagramme)

Objets Titre Période
Arriérés de paiement, selon différentes caractéristiques sociodémographiques. Télécharger (XLS). La page s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. 302 KB   Arriérés de paiement, selon différentes caractéristiques sociodémographiques
(je-f-20.02.04.03)
Office fédéral de la statistique OFS
2013

Découverts bancaires ou postaux et impayés sur carte de crédit : les personnes de 65 ans et plus sont les moins concernées

En 2013, 7,0% de la population vit dans un ménage avec au moins un compte bancaire ou postal à découvert et 3,8% avec au moins un impayé sur carte de crédit les 3 derniers mois (sans prise en compte des oublis). Globalement 9,0% de la population vit dans un ménage avec au moins un compte à découvert ou un impayé sur carte de crédit. Les personnes de 65 ans et plus et celles avec un revenu disponible équivalent élevé (dernier quintile) sont les moins concernées à la fois par les découverts et les impayés sur carte de crédit.

Les personnes les plus touchées par les découverts sont celles vivant dans un ménage avec au moins un crédit (14,9%) et privé matériellement (26,9%). La population la plus touchée par les impayés sur les cartes de crédit sont les familles monoparentales (10,3%), les personnes à risque de pauvreté (11,3%) et privées matériellement (24,6%). On remarque que la Suisse romande et la Suisse italienne sont sensiblement plus touchés que la Suisse alémanique ou romanche.

 

Objets Titre Période
Découvert bancaire ou postal ou impayé de factures de cartes de crédit, selon différentes caractéristiques socio-démographiques. Télécharger (XLS). La page s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. 240 KB   Découvert bancaire ou postal ou impayé de factures de cartes de crédit, selon différentes caractéristiques socio-démographiques
(je-f-20.02.04.04)
Office fédéral de la statistique OFS
2013

Poursuites et actes de défaut de bien : 1 personne sur 20 vit dans un ménage avec au moins une procédure de poursuite durant les 12 derniers mois

En 2013, 4,7% de la population vit dans un ménage dont au moins un des membres de 18 ans ou plus a personnellement fait l’objet d’une procédure de poursuite les 12 derniers mois. 3,2% de la population vit dans un ménage avec au moins un acte de défaut de bien à la charge d’un de ses membres. Globalement, 6,1% de la population vit dans un ménage avec au moins une procédure de poursuite durant les 12 derniers mois ou un acte de défaut de bien.

Les personnes de 65 ans et plus, les propriétaires, les personnes ayant achevé un haut niveau de formation ou ayant un revenu disponible équivalent élevé vivent environ 2 fois moins souvent dans un ménage avec des poursuites ou actes de défaut de bien que l’ensemble de la population. Les plus touchées sont les personnes vivant dans un ménage ayant un ou plusieurs crédits, les personnes au chômage, ayant de petits revenus ou étant à risque de pauvreté, vivant dans un ménage privé matériellement et finalement les habitants de la Suisse romande.

 

Objets Titre Période
Poursuites ou actes de défaut de bien, selon différentes caractéristiques socio-démographiques. Télécharger (XLS). La page s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. 245 KB   Poursuites ou actes de défaut de bien, selon différentes caractéristiques socio-démographiques
(je-f-20.02.04.05)
Office fédéral de la statistique OFS
2013

Cartes de crédit : 1 personne sur 3 vit dans un ménage sans carte de crédit

En 2013, 32,6% de la population vit dans un ménage dont aucun membre ne détient de carte de crédit. Un tiers des personnes vit dans un ménage avec en moyenne moins d’une carte de crédit par adulte, contre 27,9% avec en moyenne une carte de crédit par adulte. Seulement 6,3% des personnes vivent dans un ménage avec plus d’une carte de crédit par adulte. Les personnes de 65 ans et plus (59,9%), en particulier celles qui vivent seules (73,5%), vivent 2 fois plus fréquemment dans un ménage sans carte de crédit. Les petits revenus, les personnes à faible niveau de formation, les personnes à risque de pauvreté ou privées matériellement vivent également plus souvent dans un ménage sans carte de crédit.

 

Pourcentage de la population sans carte de crédit (diagramme)

Objets Titre Période
Nombre moyen de cartes de crédit par adulte dans le ménage, selon différentes caractéristiques socio-démographiques. Télécharger (XLS). La page s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. 243 KB   Nombre moyen de cartes de crédit par adulte dans le ménage, selon différentes caractéristiques socio-démographiques
(je-f-20.02.04.06)
Office fédéral de la statistique OFS
2013

Rapport subjectif à l’argent : plus de 9 personnes sur 10 partagent fortement l’avis qu’il faut d’abord gagner de l’argent avant de le dépenser

Une majorité de la population âgée de 16 ans et plus estime maîtriser son budget, sa consommation ou son rapport à l’argent. Toutefois, 9,1% estime qu’il leur est très difficile de garder leur budget sous contrôle.

Plus de neuf personnes sur dix (92,2%) partagent fortement l’avis qu’il faut d’abord gagner l’argent avant de le dépenser ou qu’il leur est ou serait particulièrement désagréable d’avoir des dettes (87,4%). Seulement 8,2% partagent fortement le principe de s’offrir certaines fois quelque chose qu’ils désirent absolument même si en principe ils ne pourraient pas se le permettre.

Alors que maîtriser son budget et son comportement d’achat est important pour une majorité de la population, seules quatre personnes sur dix (38,9%) sont tout à fait d’accord avec l’affirmation qu’elles essaient d’économiser le plus possible.

Presque la moitié (49,7%) de la population de 16 ans et plus déclarent ne jamais acheter quelque chose d’une certaine valeur (au moins 100.-) sur un coup de tête contre 39,9% qui affirment le faire moins d’une fois par mois. 10,5% le font une ou plusieurs fois par mois.

 

Pourcentage de la population qui achète une ou plusieurs fois par mois quelque chose sur un coup de tête (diagramme)

Le rapport subjectif à l’argent se différencie selon la présence ou non de crédits dans le ménage. Seulement 52,2% des personnes de 16 ans et plus qui ont au moins un crédit dans le ménage considèrent qu’il est facile de garder leur budget sous contrôle, contre 69,8% parmi celles qui n’ont pas de crédit dans le ménage.

Les personnes de 65 ans et plus sont celles qui indiquent le plus souvent avoir leur budget sous contrôle (74,8%) et celles pour lesquelles « économiser le plus possible » est le moins une priorité. Ainsi, 21,2% des 65 ans et plus ne sont pas du tout d’accord avec l’affirmation selon laquelle elles essaient d’économiser le plus possible, contre 10,5% des 18 à 64 ans. Les 65 ans et plus sont toutefois les plus économes, puisque 64,4% déclarent ne jamais acheter spontanément quelque chose d’une certaine valeur, contre 46,0% pour les 18 à 64 ans.

Les personnes de nationalité étrangère, celles ne disposant d’aucune formation au-delà de l’école obligatoire ou celles vivant dans un ménage à petit revenu affirment le moins souvent avoir leur budget sous contrôle. Cela ne semble pas s’expliquer en priorité par leur comportement d’achat. En effet, les personnes avec un faible niveau de formation ou de revenu, privées matériellement ou à risque de pauvreté déclarent beaucoup plus souvent ne jamais faire d’achat d’un bien d’une certaine valeur sur un coup de tête. On observe également que plus les personnes ont des revenus élevés, plus elles ont facilement leur budget sous contrôle, moins elles essayent d’économiser le plus possible et plus souvent elles s’offrent quelque chose d’une certaine valeur (au moins 100.-) sur un coup de tête. Les personnes à faible revenu sont plus enclines à trouver désagréable d’avoir des dettes que les hauts revenus. Cela s’explique peut-être en partie par la plus grande confrontation aux problèmes de dettes chez les personnes à faible revenu. En effet, 25,3% d’entre-elles vivent dans un ménage qui cumule au moins deux types de dettes, contre 8,5% pour les plus hauts revenus.

43,2% de la population de 16 ans et plus déclare ne pas savoir quel est le taux d’intérêt des petits crédits. C’est le cas d’une personne sur deux (51,9%) concernant les taux d’intérêts pour les impayés sur carte crédit. Parmi l’ensemble des répondants (y c. ceux qui ne savent pas), 30% indiquent un taux trop faible, inférieur au 9%, qui est le taux des cartes de crédit des grands distributeurs. Pour rappel, les cartes de crédit classiques sont proposées avec un taux proche du maximum légal de 15,0%. Le pourcentage de personnes déclarant ne pas savoir quel est le taux d’intérêt pour les petits crédits ou les cartes de crédit est plus élevé parmi les plus jeunes (16 à 17 ans) et les plus âgés (65 ans et plus, en particulier les personnes seules), les personnes avec un bas niveau de formation, les personnes vivant dans un ménage à petits revenus (premier quintile) ou privé matériellement. Il est aussi particulièrement élevé en Suisse italienne et en Suisse romande. Une différence importante est visible concernant les connaissances des taux d’intérêt sur les impayés de carte de crédit selon le sexe. Les femmes déclarent plus souvent ne pas connaître ce taux, alors que les hommes sont plus enclins à le sous-estimer.

 

Objets Titre Période
Evaluation subjective du rapport à l'argent, selon différentes caractéristiques socio-démographiques. Télécharger (XLS). La page s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. 481 KB   Evaluation subjective du rapport à l'argent, selon différentes caractéristiques socio-démographiques
(je-f-20.02.04.07)
Office fédéral de la statistique OFS
2013

Méthodologie du module Endettement 2013

Pour répondre aux attentes politiques suisses sur cette thématique, un module « Endettement » uniquement suisse a été introduit dans l’enquête SILC en 2013. La plupart des questions 2013 sur l’endettement ont été posées directement à tous les membres des ménages âgés de 18 ans et plus. Le but du questionnement individuel était de minimiser les erreurs de réponse, notamment la sous-annonce et de permettre l’individualisation de certaines analyses.

Les questions sur l’endettement ont ainsi été posées individuellement à chaque personne âgée de 18 ans et plus dans les ménages sélectionnés. Chaque répondant pouvait indiquer s’il avait personnellement une dette (leasing sur véhicule, petit crédit ou un crédit à la consommation, achat par acompte, dette auprès de la famille ou amis ne vivant pas dans le ménage, arriéré de paiement, découvert bancaire ou impayé sur carte de crédit). Pour chaque type de crédit autre que le leasing sur véhicule, la personne pouvait indiquer une raison principale en termes de bien ou service financé par le crédit. Les crédits pour l’achat d’un véhicule comprennent les leasings mais aussi les petits crédits, les achats par acomptes ou emprunts auprès de connaissances ayant comme raison principale l’achat d’un véhicule.

Afin de combler les lacunes dues au refus de certains membres des ménages de répondre au questionnaire Individu, les questions individuelles ont été complétées par des questions, posées uniquement au répondant du questionnaire ménage, sur l’existence des différents types de dettes à charge d’autres membres du ménage. Pour celles-ci la précision du type de bien ou service principal acheté n’a pas été posée.

Après consolidation des réponses individuelles au niveau du ménage, les dettes présentes dans le ménage ont été attribuées solidairement à l’ensemble des membres du ménage. Nous parlons donc de pourcentage d’individus vivant dans un ménage avec le type de dette(s) traité.

 

Définitions appliquées au module Endettement 2013

  • Dette : Par dette, on considère une large palette de dettes contractées par au moins un des membres du ménage (leasing, petit crédit, achat par acompte, dette auprès de la famille ou amis, arriéré de paiement, découvert sur compte bancaire ou postal, impayé sur carte de crédit durant les 3 derniers mois). Les hypothèques sur le logement principal ou une résidence secondaire ne sont pas prises en compte.
  • Crédit : Les crédits comprennent les leasings, les petits crédits ou crédit à la consommation, les achats par acomptes et les emprunts auprès de la famille ou des amis ne vivant pas dans le ménage. Une raison principale pour chaque type de crédit pouvait être mentionnée. Ces raisons principales sont les biens et services financés par le crédit.
  • Endettement : Est considérée comme endettée toute personne vivant dans un ménage qui a au moins une dette au sens large. Le cumule d’endettement se définit par la présence de plusieurs types de dettes dans le ménage : crédits, arriérés de paiement, découverts bancaires ou impayés sur carte de crédit.
  • Raison principale des crédits : Pour chaque type de crédit, une raison principale selon les biens ou services financés par le crédit a été choisie. Les raisons principales relevées sont les suivantes : achat ou financement d’un véhicule, biens liés au logement (ex. mobilier), vacances ou activités de loisirs, équipements ou objets personnels (par ex. électronique ou informatique, articles de sport ou instruments de musique, vêtements ou bijoux), formation d’un adulte, éducation ou garde des enfants, fondation d’une entreprise ou financement d’un commerce, remboursement de dettes existantes ou du paiement d’autres factures, pour faire face à des difficultés financières plus générales ou pour d’autres raisons non classifiables.
  • Arriéré de paiement : Les arriérés de paiement sont les factures qui n’ont pas pu être payées dans les délais durant les 12 derniers mois pour des raisons financières. Les arriérés de paiement sur les primes d’assurance maladie, les emprunts non immobiliers, les impôts, les factures de télécommunication, les pensions alimentaires et sur d’autres factures ont été posés au niveau individuel (tous les membres du ménage âgés de 16 ans et plus). Les questions sur les arriérés liés au logement (loyer, intérêts hypothécaires, factures de consommation courante telles que l’eau, le gaz, l’électricité, le chauffage) ont été posées dans le questionnaire ménage (une personne répondant pour l’ensemble des membres de son ménage).
  • Découvert bancaires ou impayés sur carte de crédit : Les découverts sont les comptes bancaires ou postaux à découvert au moment de l’interview individuel. Les impayés sur carte de crédit sont les factures de cartes de crédit ou de cartes clients du répondant dont les factures n’ont pas pu être réglées dans les délais pour des raisons financières durant les 3 derniers mois.
  • Poursuite et acte de défaut de bien : Les poursuites sont les procédures de poursuite dont le répondant au questionnaire individuel a dû faire face les 12 derniers mois. Les actes de défaut de bien sont ceux personnellement à la charge du répondant. Une question sur les autres membres du ménage complète le questionnaire individuel. Comme pour les dettes, les poursuites ou actes de défaut de bien ont été attribués solidairement aux autres membres du ménage.

 

Comparaisons par rapport à 2008

En 2008, l’enquête SILC sur les revenus et les conditions de vie a traité d’un module sur l’endettement coordonné au niveau européen. Les résultats 2008 sont disponibles ici [lien].

Les questions sur l’endettement, posées en 2008, concernaient principalement les crédits contractés auprès d’établissements bancaires ou financiers. Les questions étaient posées à une seule personne du ménage qui répondait pour l’ensemble des membres de son ménage (proxy-ménage). Ainsi le répondant au questionnaire ménage indiquait au travers d’une seule question la présence de dettes ou non pour l’ensemble de son ménage. Si le répondant confirmait la présence d’au moins une dette dans son ménage, il pouvait indiquer plusieurs types de biens ou services achetés à crédit.

En 2013, la présence de leasing(s), petit(s) crédit(s), d’achat(s) par acompte ou de dette(s) auprès de la famille ou amis a été relevée séparément. De plus, la plupart des questions sur l’endettement ont été posées séparément à tous les membres des ménages âgés de 18 ans et plus. Les changements implémentés en 2013 ont pour objectif de minimiser les erreurs de réponse, notamment la sous-annonce, et de permettre l’individualisation de certaines analyses.

En raison de ces différences méthodologiques, les résultats du module Endettement 2013, basés sur un questionnement individuel plus détaillé, ne sont pas comparables avec ceux de 2008.

Afin de pouvoir mesurer l’effet du questionnement individuel par rapport au questionnement « proxy-ménage », la plupart des questions posées en 2008 au niveau ménage ont été reconduites en 2013.

Par rapport au questionnement « proxy-ménage » de 2008, le questionnement individuel plus détaillé de 2013, a fortement fait augmenter le pourcentage de personnes vivant dans un ménage avec au moins un crédit. Selon les résultats 2008, 18,2% de la population vivait avec au moins un crédit dans le ménage. Sur la base des mêmes questions « proxy-ménage », posées en 2013 à des fins méthodologiques, on obtiendrait un résultat comparable de 19,8%. Si par contre on calcule la présence d’au moins un crédit dans le ménage selon les réponses aux questions individuelles plus détaillées, 31,8% de la population vit dans un ménage avec au moins un crédit en 2013, soit 2,44 millions de personnes.

L’hypothèse de sous-annonce due au questionnement « proxy-ménage » moins détaillé de 2008 se vérifie. Ainsi l’augmentation du pourcentage de personnes vivant dans un ménage avec au moins une dette est en grande partie due à la nouvelle méthodologie, basée sur un questionnement individuel plus détaillé.

Les raisons principales de la prise de crédit ayant le plus fortement augmentées en 2013 par rapport à 2008 sont l’achat à crédit ou leasing d’un véhicule (18,4% contre 10,3% en 2008) et l’achat à crédit de biens liés au logement (6,9% contre 2,5%). Sur la base de la question ménage uniquement, ce dernier taux serait de 2,3% en 2013. L’augmentation du taux de personnes vivant dans un ménage avec un véhicule à crédit ou leasing peut être en partie due à la baisse des taux d’intérêts ces dernières années. Nous ne pouvons toutefois pas mettre en évidence l’impact du mode de questionnement car l’achat à crédit ou leasing d’un véhicule n’a pas été relevé dans le questionnaire ménage en 2013. La comparaison entre les différentes sources n’est pas possible.

 

Endettement: comparaison SILC 2008 et SILC 2013 selon les méthodes de relevé (diagramme)

Au contraire des autres dimensions d’endettement, les arriérés de paiement sont relevés annuellement. Jusqu’à 2012, tous les arriérés étaient relevés dans le questionnaire ménage. Depuis 2013, ils le sont au niveau des individus de 16 ans et plus, à l’exception des arriérés sur le logement. En revanche, en 2013, les arriérés de paiement n’ont pas été relevés à double dans le questionnaire ménage (comme cela a été le cas pour les crédits). Ainsi, l’impact du changement de niveau de questionnement n’est pas séparable des éventuels changements survenus dans la population entre 2008 et 2013. Si on regarde les arriérés sur le logement relevés au niveau du questionnaire ménage, le pourcentage de personnes vivant dans un ménage avec ce type d’arriérés est relativement stable voire en légère baisse. En 2013 comme en 2008, 2,7% de la population vit dans un ménage avec un ou plusieurs arriérés de loyer ou d’intérêt hypothécaire. 3,1% vit dans un ménage avec des arriérés sur les factures courantes d’eau, gaz, électricité, chauffage contre 4,7% en 2008.

Le concept de découvert ou endettement critique est un concept développé par Eurostat dans un contexte de comparabilité internationale. Il n’a pas été reproduit sur l’enquête SILC-2013. En revanche, pour 2013, nous avons mis en évidence le pourcentage de personnes vivant dans un ménage cumulant plusieurs types de dettes (leasing, petit crédit ou un crédit à la consommation, achat par acompte, dette auprès de la famille ou amis ne vivant pas dans le ménage, arriéré de paiement, découvert bancaire ou impayé sur carte de crédit).

 

Comparaisons internationales

Le module Endettement 2013 n’ayant été relevé qu’en Suisse, aucune comparaison internationale n’est possible. Malgré les problèmes soulevés, ci-dessus, au sujet de la méthodologie de 2008 (standard Eurostat), les comparaisons internationales disponibles pour 2008 restent valables [lien]. La plupart des pays ayant appliqué le questionnement de type « proxy-ménage », la comparaison des résultats entre pays reste légitime même si un risque élevé de sous-estimation du phénomène est à prendre en considération pour l’ensemble des pays.

 

Contact:

Thomas Christin (Tél: +41 58 / 463.61.24; thomas.christin@bfs.admin.ch)
Stéphane Fleury (Tél: +41 58 / 463.64.48; stephane.fleury@bfs.admin.ch)

 

Imprimer cette page | Fermer cette fenêtre